Exposition Claverie, Requien & Roche du 8 au 30 Avril, à Lyon

Exposition Claverie, Requien & Roche du 8 au 30 Avril, à Lyon

 

Nous présenterons donc une douzaine de dessins de notre atelier commun: des petits formats de nus. Le vernissage aura lieu le 14 avril et comme la galerie n’est pas très grande, nous craignons qu’il y ait du monde sur le trottoir. Qu’importe, il fera beau ce soir-là. (15 rue de la Charité 69002 Lyon)

Claverie, Requien, Roche portés aux nues
Article paru dans « Lyon People, Avril.

Evidemment, chacun des trois mériterait d’être porté aux nues ! En l’occurrence ce sont leurs dessins portés sur les nus qui sont exposés à la Galerie de la Charité du 8 au 29 avril.
Plusieurs dizaines de dessins de nus parmi les centaines qu’ils ont réalisés depuis 2007 lorsqu’ils ont décidé de renouer avec le modèle vivant et le dessin.
Une discipline longtemps pratiquée dans leur jeunesse à l’école des Beaux Arts. Une discipline malheureusement tombée en désuétude et même décriée par quelques beaux esprits. Une discipline défendue bec et ongles par chacun des trois. Roche et Claverie en l’enseignant aux Beaux Arts. Requien en dénonçant régulièrement dans ses écrits, les errements de l’Art Contemporain. Une discipline qui, Dieu merci, reprend de la vigueur ces dernières années.
Une discipline qu’ils pratiquent régulièrement dans la joie et la bonne humeur mais avec l’humilité qu’elle impose. Chacun à sa manière, avec son style exprime sa vraie nature tentant chaque fois de donner par un simple trait, vie au modèle. Bien sûr entre chaque pose ou presque, on n’hésite pas à faire une pause devant un verre de Viognier ou de Macon Viré et quelques lyonnaiseries appétissantes. Puis on se remet au travail. Avec passion. Avec bonheur.

Jean Claverie, on le sait a tous les talents. Illustrateur renommé, aquarelliste exigeant, mais également musicien, il se défoule avec le Wood Bee Band ou le Little Lou Tour dans des soirées tonitruantes.
Jean-Marc Requien lui, s’est longtemps illustré dans la publicité avant de revenir à ses premières amours avec ses collages qui connaissent le succès que l’on sait.
Alain Roche, peintre et sculpteur, connu comme le loup blanc à la Croix Rousse l’est aussi au Japon où son inattendue sculpture de la Joconde a fait pas mal de bruit.Il présentera d’ailleurs quelques sculptures à la Galerie de la Charité en annexe de l’exposition.

Pour imiter l’inimitable Laurent Gerra imitant Jeanne Moreau, on pourrait dire « le dessin, c’est la vie ».
Son réalisme ne satisfait Jean Claverie que s’il palpe la vie, s’il la tient d’une prise solide à partir du corps offert au regard. Ses dessins s’expriment dans l’acuité et la sensation. Pour lui, ils ne se résument pas au trait, aussi sensible soit-il. C’est l’expression, la forme intérieure, le modelé qui l’intéressent sans pour autant tomber dans l’emphase.
Chez Jean-Marc Requien au contraire, ce que l’on retient c’est la promptitude du trait, la vivacité de l’exécution. Un trait nerveux, précis où l’on perçoit une impatience face à l’immobilité, une avidité de donner de la vie, du mouvement par une fougue et une sensibilité sans doute trop longtemps contenues.
Chez Alain Roche, si le trait est discipliné et d’une précision totalement maitrisés, on sent qu’il reste toujours, lui et sa main, libre. La ligne est faite d’inflexions pleines de sensualité. Cette sinuosité modulée est la marque de son indépendance à l’égard du modèle qu’il semble escamoter alorsqu’il le dévoile et le révèle.
Du 8 au 29 avril – Galerie de la Charité
15, rue de la Charité – Lyon 2