Notice: Undefined variable: post_id in /flex/storage/jeanclaverie.fr/site/www/wordpress/wp-content/plugins/facebook-thumb-fixer/output-logic.php on line 4

Le Théorème de Mamadou

Azouz Begag, Jean Claverie

Seuil Jeunesse 2002

 

« J’ai toujours su que certaines rencontres pouvaient être des réponses. Et j’ai toujours fonctionné dans cette disposition tout au long de ma vie. Avec Jean, je savais qu’un jour au l’autre, nous allions faire un livre ensemble, parce que nous sommes du même pays, Lyon, que nous avons le même goût des autres…
J’ai travaillé avec lui quelques semaines à l’école d’Architecture de Lyon il y a trois ou quatre ans, et nous avons ainsi échangé un peu plus nos points de vue.
Au fond, Jean Claverie fait partie de ces gens que, au cours d’une vie, vous ne voyez que quelques fois, que vous n’appelez que de temps en temps, mais qui sont toujours quelque part par là, sur lequel vous tombez ‘par pur hasard’ dans un salon du livre, une gare, une terrasse de café et, pris par l’émotion vous lâchez la question fatidique :’où tu en es depuis la dernière fois ?’
Tous ces mystères font que le jour où j’ai apporté Le théorème de Mamadou au Seuil Jeunesse, j’ai dit que je souhaitais vivement que Jean en soit l’illustrateur. Je n’avais aucune idée de la façon dont on pouvait faire des illustrations sur un livre de jeunesse qui n’en est pas un, sur un texte à l’allure africaine qui se passe dans une banlieue française, sur un maghrébin qui se fait passer pour un africain… Je souriais en imaginant la difficulté de Jean sur pareille histoire. Mais, bien sûr, j’étais confiant. Il allait le faire.
Il l’a fait ! Bien fait.
C’est drôle, j’habite à Paris depuis quatre ans, mais avec ce livre, je me sens un peu plus lyonnais. Va comprendre! »
Azouz Begag

« …Rarement j’ai dessiné tout un album avec un sentiment de présence aussi fort dans mon dos. Celle de l’auteur. Mais pas un Azouz simple. Un être dédoublé qui, par ce que j’imagine être de la pudeur, fait du héros un petit noir alors que le trublion, l’être éminemment vivant dans la classe est le petit Maghrébin. Certes l’échange philosophique a lieu avec cet excellent maître mais lorsqu’il est question de culture il s’agit du monde arabe: « ZaLAbia m’sieu » a corrigé Mohamed qui n’aimait pas qu’on écorche les gâteaux de sa mère… »
Jean Claverie

 

Prix: –
Disponibilité: Épuisé, voir stocks sur Amazon ou la Fnac